BALI / The monkey forest : la petite planète des singes de Padangtegal

Ce matin, nous nous levons encore une fois de bonne heure afin de profiter des activités les plus touristiques dans le calme. Cela commence à devenir une habitude au grand désarroi de Laura. 🙂

Mais c’est pour la bonne cause. Nous enfourchons notre scooter pour arriver à l’ouverture de la Monkey Forest (8h30). L’entrée se trouve à environ 3 km de notre hôtel, mais nous pensons avoir fait le triple pour y arriver. Nous commençons à être habitués aux détours. C’est deux jeunes qui se rendent au collège qui finissent par nous indiquer la bonne direction avec le même sourire que deux enfants le jour de Noël (les Balinais adorent que nous leur demandions notre route, ça tombe bien nous faisons ça très bien).

En cherchant une place pour notre scooter. Nous sommes déjà émerveillés car les abords de la forêt sont couverts de singes et pas n’importe lesquels : le macaque de Bali, des « petits singes » à longue queue(Macaca fascicularis). Pour (50 k) nous avons nos billets d’entrée et l’assurance de croiser quelques-uns des 700 animaux en liberté dans la forêt…

Au menu : patate douce

Nous sommes prévenus dès le départ : il ne faut pas sortir de nourriture ni chercher quelque chose dans son sac car les singes sont chapardeurs. Il existe même à Bali des gangs de macaque qui volent les objets aux touristes pour ensuite les échanger contre de la nourriture… Une véritable mafia !

C’est impressionnant de se retrouver au milieu de cette espéce si proche de l’homme, et en même temps si différente. Ils sont très agiles, montent dans les arbres et en descendent à une vitesse folle. Ils forment des clans dans l’enceinte même de la Monkey Forest, et lorsque les clans se croisent ou lorsqu’un clan traverse le territoire d’un autre, ils se battent entre eux. Le jeu est aussi une de leurs occupations favorite. Les gardiens leur apprennent à faire des checks et il n’est pas rare de voir un singe faire 100m à toute allure pour se jeter sur un de ses congénères par surprise. On apprend tout un tas d’anecdotes marrantes sur nos cousins poilus et nous découvrons également pourquoi « monkey forest ».

Il y a les singes bien entendu mais également une forêt magnifique avec des arbres d’une hauteur impressionnante, et de très vieux banyans dont les épaisses lianes touchent terre.. Une rivière passe dans cette réserve naturelle et ajoute un charme particulier au lieu, comme les trois temples que viennent escalader les petits singes avec assez peu de gêne.

L’heure de la prière

Cette expérience bien qu’étant très touristique nous a beaucoup plu et nous pensons que personne ne peut en sortir complètement indifférent. On sent bien que les employés sur place veillent au bien-être des animaux et à la protection de la faune et de la flore. Le bonheur au sens large est d’ailleurs une des missions que se donne la forêt derrière le nom de « tri hita katana », une des philosophies de l’hindouisme. Le charme s’amoindrit un poil avec l’arrivée des bus russes et chinois lorsqu’ils demandent aux gardiens de les aider à prendre une photo un singe sur l’épaule en échange d’un billet, of course..

[rumbletalk-chat]

Laisser un commentaire