Nouvelle-Zélande / Il était une fois : Ginette, auto-construction d’un van aménagé

Nous sommes en Nouvelle-Zélande depuis 1 semaine, et nous venons d’acquérir un camion Nissan Vanette complètement vide. Notre objectif est de l’aménager en un petit chez-nous douillet et self-contained. Cette dernière appellation typique de la Nouvelle-Zélande signifie que le van aménagé ne rejette aucun déchet et surtout, qu’il est autorisé à stationner dans de nombreux « free camp ».

 

1/ La documentation

Notre premier gros challenge est donc de comprendre ce que requiert la certification self-contained à savoir succinctement :

  • Posséder des toilettes chimiques qui doivent être utilisables même lorsque le lit est déplié.
  • Pour deux personnes, détenir 24 litres d’eau propre reliées à un lavabo. L’évier doit se déverser à travers un siphon dans un bidon de volume équivalent soit 24 litres.
  • Être équipé d’une poubelle avec un couvercle. Il n’y a aucune indication concernant le volume nécessaire.
  • Le tout doit être fixé afin de ne pas se promener dans l’habitacle lorsque le van est en mouvement.

Il faut savoir que suivant les exigences des inspecteurs, il est plus ou moins facile de passer la certification. La liste exacte des prérequis est disponible sur le site de la NZCMA.

L’intérieur du van avant aménagement et nettoyage

2/ L’analyse de l’existant et les maquettes

Avant de nous attaquer au design, nous commençons par faire un tour d’horizon du net afin de trouver des bonnes idées que nous pouvons appliquer à Ginette (c’est son nom). Nous listons nos inspirations et entreprenons les dessins. Il y’en aura des dizaines. Ce moment est plutôt clivant car chacun de nous y va de ses souhaits et de ses rêves les plus fous. Laura veut une fenêtre dans sa cuisine, un four, Martin des racks à canne à pêche, une table de jardin avec des bancs rétractables…  Finalement nous arrivons à un consensus réalisable.

3/ Les courses

L’achat des matières premières est une étape primordiale : il s’agit de trouver les bons plans sans faire exploser le budget. En suivant les conseils des kiwis rencontrés en chemins nous avons recours à différents magasins :

  • Bunnings et Mitre 10 pour l’outillage et le bois
  • Burnso pour l’achat de matériel nautique (dans notre cas : toilettes, lumière et pied de table)
  • Super Cheap Auto, Repco, et autres petits magasins d’électronique pour les fusibles, le transformateur 220v & co.
  • Charity shop, Opportunity shop qui correspondent à nos Emmaüs français nous permettent de trouver des rideaux, des matelas, 2 chaises de camping et tout le matériel de cuisine à petits prix.
  • Warehouse un genre de Gifi est aussi une bonne enseigne pour les tringles à rideaux, les paniers, la déco etc.
  • La rue et les zones industrielles : nous récupérons des palettes sur un trottoir. C’est une économie d’argent mais pas de temps car il faut désassembler le bois pour en récupérer les planches, enlever chaque clou et enfin poncer tout ça.

4/ La construction

Pour commencer ce vaste chantier qu’est l’aménagement d’un van, nous ne pouvons-nous reposer que sur des connaissances en travaux manuels très limitées (voir proche du néant pour Laura qui n’a jamais tenue une visseuse et qui appelle la moitié des outils « tronçonneuse »).

4.1 – L’isolation

Nous passons de longues heures à lire tout et son contraire à propos de la laine de roche, la laine de verre, le multicouche, le liège et on en passe !

Finalement, nous choisissons d’utiliser du Polystyrène 24mm et de la laine de roche pour les murs, du polystyrène à nouveau pour le sol et nous conservons la moquette au plafond.

Temps ouvré : 3 jours

4.2 – Pose du plancher et des murs

Nous achetons une planche de bois épaisse de 2m40 sur 1m20 pour le sol et deux autres de même dimensions mais très fines pour les murs. Au sol, nous nous fixons sur des tasseaux qui séparent nos plaques de polystyrène. Côté mur, Martin visse directement le bois dans la « doublure » de la carrosserie du van. Attention à ne pas percer trop loin ou au mauvais endroit. Si vous êtes amateur comme nous, n’espérez pas parvenir à la découpe parfaite du premier coup. 😉 Un van, c’est tout ce qu’il y a de plus arrondi, biscornu et compliqué à délimiter avec rigueur (d’autant plus lorsque vos outils ne sont pas de première qualité). Vous pouvez profiter de la pose de vos murs pour dessiner vos futures fenêtres et en bannir d’autres pour une meilleure résistance au froid.

Temps ouvré : 2 jours

Le plancher après découpe et première couche de vernis

4.3 – Le lit/table/salon/salle à manger

Parce que notre van est petit, nous avons décidé de construire un lit composé de deux banquettes et d’une table que nous mettons à niveau pour dormir. Notre plancher intègre donc un socle pour notre pied de table et nos banquettes un cran qui permet de soutenir la partie centrale du lit (la table si vous avez tout suivi). Cette étape n’est pas très compliquée, il faut par contre mesurer avec précision vos côtés pour que chaque élément s’emboîte parfaitement. Pour les matelas, nous optons pour de la mousse que nous découpons (après plusieurs essais infructueux) à la scie à bois manuelle. Nous passerons trois soirées et deux après-midi à découper épingler et coudre nos housses et nos rideaux à la main.

Temps ouvré : 1 semaine

4.4 – L’électricité

Nous ne rentrerons pas trop dans le détail de peur de dire des bêtises liées à notre méconnaissance du sujet.

Préparez-vous à plonger dans les méandres des ampères, des watts, des tensions et des voltes. Nous partons de 0 et cela nous fait un peu peur. Mais rien n’est impossible ! Commencez par connaitre vos besoins, combien d’appareils électriques vous possédez et pour chacun, quelle est la consommation. Après avoir additionné votre consommation électrique totale, vous pourrez choisir la batterie et le transformateur 220V appropriés à votre usage et à la durée d’autonomie recherchée.

Dans notre cas, notre besoin électrique est relativement simple : une lampe LED pour nous éclairer, une double prise USB pour recharger les téléphones, une pompe à eau pour le robinet, une prise 220V pour le PC et l’appareil photo. Nous n’avons pas de bouilloire, frigo, sèche-cheveux… qui sont très gourmands.

Nous avons en même temps que l’isolation installé des gaines dans les murs aux emplacements souhaités pour les appareils électriques, ces gaines protègent nos câbles et permettent de les tirer beaucoup plus facilement.

La taille des câbles et des fusibles doit être dimensionnée au regard des appareils qui se trouvent à leur extrémité. En outre, plus le câble est long, plus il devra être gros. La calculette du site poimobile est très pratique pour faire ce type de calculs.

Afin de vous donner une idée voici notre schéma :

Comme pour le reste de notre installation, l’électricité n’est pas indispensable. Nous croisons bon nombre de backpackers qui vivent sans et très bien ! Par contre si vous vous lancez, ne négligez pas la sécurité. Il serait dommage de finir le voyage carbonisé dans votre véhicule.

Temps ouvré : 2 jours

4.5 – La plomberie et la cuisine

Nous avons fait le choix d’utiliser un robinet électrique qui est alimenté par la deuxième batterie, mais une pompe manuelle peut suffire. Notre coin cuisine répond aux exigences self-contained, ce qui prend de la place mais permet d’être plus autonome. Ceci-dit, c’est très sympa de se laver les dents dans son van !

Pour stocker la nourriture, nous nous sommes fabriqué une étagère avec des paniers et nous avons fixé des bocaux au niveau du plafond du van afin de conserver nos féculents, sans perdre trop d’espace vitale. Pensez bien à un système pour garder toutes vos petites affaires en place lorsque vous serez en mouvement (ici les ficelles blanches).

Temps ouvré : 1 semaine

 

5 / Bilan

Au total nous en avons eu pour 2500 $ et nous avons mis environ un mois à faire les travaux (sachant que nous faisions du woofing en même temps, nous étions loin de travailler à plein temps sur le van). Nous avons fait attention à notre budget mais nous avons aussi, parfois, fait des choix dispendieux pour sécuriser nos appareils électriques et gagner en confort. Il est possible d’aménager un van pour bien moins que ça, dépendant de vos exigences. En tout cas, nous ne regrettons absolument pas le choix du DIY, autant pour les connaissances acquises en électricité, couture, mécanique, et vivre-ensemble, que pour le rapport qualité/prix de notre véhicule. Trouver un camion jeune en âge, en kilomètres et joliment aménagé est extrêmement compliqué d’après notre expérience (ou très onéreux).

Auto-construire son van au fond c’est surtout se faire confiance, se lancer des défis, apprendre à échouer, avoir l’impression que ça n’avance pas, recommencer, faire un graaand nombre de passages dans les magasins de bricolage car la vis n’est pas cruciforme ou trop longue et qu’il manque une foutue équerre. Et puis finalement être extrêmement fier du résultat et chercher un million de petits détails à peaufiner. Si vous souhaitez vous lancer dans cette aventure, nous serons ravis de partager plus précisément notre modeste expérience. A bientôt sur les routes !

6 Replies to “Nouvelle-Zélande / Il était une fois : Ginette, auto-construction d’un van aménagé”

  1. Coucou a vous de la Savoie,
    Tous mes Voeux pour 2018,c’était un gros challenge de mettre en oeuvre Ginette,surtout que Martin le connaissant un peu ne savait pas quoi en faire de ses 10 doigts,et toi Laura quand tu vois un tourne vis,c’est une tronçonneuse…hihihi,mais franchemant je suis épaté par aménagement.
    Martin maintenant tu peux rentré,je pense que faire du cablage reseau, des trous avec un perfo,cela ne te fait plus peur.
    Des Bisous
    @ bientot

    Stephane P

    PS: ici c’est le merdier en Station il y a beaucoup beaucoup de Neige

    1. Salut Stéph,

      Merci pour ton commentaire! oui en effet nous avons bien progressé sur ces parties c’était super intéressant, on recommencera surement mais avec un véhicule plus grand (ou une maison qui sait)…
      Des bises du soleil, on pense à vous sous la neige 😉
      Laura et Martin
      .

  2. Bonjour,

    Merci pour le partage d’informations. Nous avons une petite question sur votre schéma eléctrique.
    Quel est le petit truc bleu en plastique après la batterie ?
    Merci pour votre réponse
    Amandine et Benoît

    1. Hello,
      Il s’agit d’une barette qui permet de rassembler tous les – a un même endroit et de repartir avec un seul cable (plus gros) vers la batterie. C’est pas indispensable mais pratique.
      Cf :https://www.google.fr/amp/www.electricite.info/sourcingmap-7-trous-de-distribution-electrique-vis-borne-masse-fil-cuivre-barre-neutre-electricite/amp/
      Laura et Martin.

      1. Ah! Merci beaucoup, et je suppose qu’au dessus c’est la même chose mais pour les +.
        Thanks!!
        Amandine et Benoît

        1. Pour les + j’ai utilisé un boitier de fusible qui est relié par un gros câble à la batterie. Et permet de disperser tous tes câbles rouges avec les sections de câble appropriées. L’autre avantage est d’avoir tout tes fusibles au même emplacement.
          Cf : https://lh5.googleusercontent.com/proxy/uPRO8vs8qwEDerr_6u7pXGAA4KwFwx-2t2F579RTRzCRu18FvmlN3ccFHfT1o4U-E7beTkz4JmlsRPXt2LjKafYVx9T3eGEkQarGVHC83FpRCDEaJ-vHEYn8a8MeOMmSQLkSHfWRKYZg-5FoHedo4w1UJYxc_8yEqXEFlMG2aOPQOp12-eU8z6tGO4ip=w300-h300-nc

          Bon aménagement.
          Laura & Martin

Laisser un commentaire