MALAISIE / You, me and a cup of tea

Nous sommes dans le bus pour les Cameron Highlands, lieu réputé pour ses plantations de thé à perte de vue. Depuis Ipoh notre dernière halte, il ne nous reste qu’une heure et demi de trajet. La route serpente dans les montagnes et la brume nous laisse entrevoir un paysage verdoyant, rincé quotidiennement par la pluie. Nous posons enfin nos chaussures de rando’ sur le sol de Tanah Rata, petit village où nous avons bouqué une chambre pour la nuit. L’hôtel (TJ Lodge) est propre et confortable et nous découvrons avec encore plus de plaisir qu’un bar est situé juste en dessous. C’est le seul du coin nous assure un des serveurs. Il pleut et le temps ne se prête que trop bien à siroter des bières autour d’un bol de frites.

Le lendemain matin nous sommes d’attaque dès 8h car dans cette région il faut se lever tôt pour profiter des accalmies. Laura veut prendre le bus mais Martin complètement accro aux deux roues depuis l’Indonésie, parvient à la convaincre de louer un scooter. Ou plutôt une mobylette 125cc pétaradante et capricieuse que nous devons démarrer au cric. Nous commençons par les premières plantations de thé BOH. L’endroit est superbe : nous faisons une balade sous le soleil matinal et observons les ouvriers agricoles qui récoltent les précieuses feuilles. Nous sommes assez surpris de l’absence de machines dans ces champs et nous ne pouvons qu’être plein d’admiration pour ces travailleurs qui ramassent le thé le dos courbé dans des terrains abrupts. Justement, nous partons poser nos questions, dans le musée qui surplombe le parking. La récolte du thé se fait en fait dans certaines exploitations à la machine. Mais les terrains ne le permettent pas tout le temps, et la qualité gustative n’est pas la même.

Le musée des plantations Boh, un bon complément pour comprendre le processus de fabrication
Du vert partout
Ici la récolte se fait à la main

Nous visitons deux autres plantations ce matin-là et durant le trajet nous doublons des centaines et des centaines de bus, voitures qui n’avancent guère. Nous découvrons un peu plus loin que la route de montagne effraie les malaysiens et autres touristes et qu’il leur faut parfois 10 minutes pour oser croiser un autre véhicule lors d’un passage étroit. Nous nous retrouvons même à guider un de ces malheureux conducteurs à coups de « mais ça passeeeee », « come on » incitatifs. Le scooter nous aura permis de faire trois plantations en 4 heures alors qu’en bus nous n’en aurions fait qu’une. Nous ne pouvons que vous conseiller de faire de même !

Finalement nous avons adoré les Cameron highlands, les paysages sont magnifiques, les champs de thé verts fluo, patchwork végétal géant sont à la hauteur des fameux clichés que nous trouvons partout sur internet. C’est un visage de la Malaisie que nous avons été ravi de découvrir et pourtant, nombreux sont les témoignages qui ont faillis nous décourager de faire cette halte. Beaucoup de bloggeurs racontent qu’une ligne électrique vient gâcher le paysage, hors il s’agit seulement d’un des points de vue, d’une exploitation située en bord de route. Encore une fois mieux vaut sortir des sentiers battus pour profiter de la nature et de sa beauté. Nous avions lu également que pour beaucoup de touristes, la pluie les avait empêchés de voir quoi que ce soit. Conseil des locaux : levez-vous tôt ! Dans cette région à partir de midi, il pleut. C’est une réalité et c’est ce qui fait la splendeur des paysages donc ne vous sentez pas lésés par dame météo et adaptez votre réveil à la temporalité du lieu. Concernant l’hébergement, nous vous conseillons enfin de louer à Tanah Rata pour être au plus proche des commodités (restaurants, bus terminal, bar, change de monnaie, location de scooter…) et de vous y prendre un poil en avance car il n’y a pas pléthore d’offres sur place.

Bon Cameron highlands !

Laisser un commentaire